Articles

La fondation du Duché de Normandie au 10ème siècle

Posted on

Les Vikings en Normandie

La colonie viking de la Seine, en grande partie danoise, avait Rolf (Rollo / Rollon) comme chef depuis environ 887 après JC. Il était le fils d’un Norvégienjarl. C’est sans doute sous son impulsion que, vers le début du 10ème siècle, les Scandinaves sont attirés par l’idée d’une implantation à long terme dans la région. En 911, Rollo entame des négociations avec le roi, Charles le Simple, afin de formaliser la souveraineté normande qui existait déjà de facto dans les territoires de la basse-Seine. Cela aboutit, la même année, au Traité de Saint-Clair-sur-Epte, dans lequel le roi franc cède aux Vikings un territoire correspondant à peu près aux futurs départements français de la Seine-Maritime et de l’Eure.

En retour, Rollo accepta le christianisme et fut baptisé, et s’engagea également à empêcher d’autres Vikings d’entrer dans la Seine.

Ce traité fut le fondement de l’État normand, avec Rouenas comme pivot, et Rolf comme « Jarl de Rouen » (Jarl Rudhuborg). Le terme  » duc  » ne devait émerger que vers l’an 1000. Les prérogatives du Jarl étaient celles d’un comte franc, ayant la plupart des attributions du pouvoir royal, ce qui restait du patrimoine royal et du contrôle de l’Église inclus.

Simultanément, d’autres forces Vikings s’installent plus à l’ouest, en particulier dans le Cotentin (principalement des Hiberno-Nordiques d’Irlande et des Vikings des Orcades) et dans le Bessin (principalement des Danois du Danelaw anglais). En 924 et 933, le Jarl de Rouen obtient du roi franc le transfert de ces deux territoires, plus celui de l’Avranchin, plus au sud, afin de pouvoir contrôler ces Vikings  » occidentaux  » rebelles et très actifs. Ces acquisitions territoriales n’ont pas été achevées facilement, ces populations ayant longtemps résisté à toute autorité centrale. La période d’occupation bretonne en Cotentin et à Avranches (867-927) a laissé très peu de traces.

À la fin de cette expansion, la Normandie couvrait environ sa superficie actuelle. Seuls deux territoires tampons subsistaient, qui devaient être acquis par la suite : le pays de Talou, à la frontière flamande (en 996 AP. J.-C.) et Passais (autour du front), à la frontière méridionale (vers 1050 AP. J.-C.). Les frontières normandes n’ont pas varié depuis, ce qui représente une stabilité exceptionnelle dans un monde moyen âge où les frontières étaient complexes et constamment fluctuantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.