Articles

René Jules Dubos

Posted on

René Dubos est né le févr. 20, 1901, à Saint-Brice, France. Après avoir reçu une formation scientifique, il se rend à Rome en 1922, où il fait partie du personnel de l’Institut International d’Agriculture. En 2 ans, il part étudier à l’Université Rutgers dans le New Jersey, d’où il obtient son doctorat en microbiologie en 1927. Dubos a immédiatement commencé sa longue et distinguée association avec le département de pathologie et de bactériologie du Rockefeller Institute for Medical Research à New York. À l’exception de 2 ans comme professeur de médecine à la Harvard Medical School (1942-1944), il a été continuellement impliqué dans la recherche à l’institut à partir de 1927. En 1934, il épouse Marie Louise Bonnet, décédée en 1942. Il est naturalisé américain en 1938. En 1946, il épouse Letha Jean Porter.

Dubos a été un pionnier dans le développement d’antibiotiques. Peu de temps après avoir rejoint l’Institut Rockefeller, il a commencé à chercher une substance antibactérienne qui détruirait le micro-organisme responsable de la pneumonie. Dans les années 1930, il a découvert une bactérie vivant dans le sol qui produisait une substance chimique capable d’affaiblir la capsule externe de la bactérie de la pneumonie afin qu’elle soit vulnérable aux défenses naturelles de l’organisme. Il a ensuite montré que cette substance, l’antibiotique tyrothricine, était composée de deux produits chimiques — la tyrocidine et la gramicidine. Ses travaux ont ouvert la voie à la découverte éventuelle de la streptomycine. Après avoir terminé ses recherches sur la tyrothricine, il s’est tourné vers la recherche sur la tuberculose et a acquis une nouvelle reconnaissance dans ce domaine.

Dans les années 1950, Dubos commence à écrire des livres sur des sujets scientifiques pour un public plus large. Il y aborde les fondements philosophiques et les implications sociales de la science, met en garde contre l’utopisme naïf de nombreux penseurs médicaux et plaide pour une étude de l’effet de l’environnement total sur l’homme. Sa sagesse, ses perspectives humanitaires et son écriture lucide ont fait de Dubos l’un des écrivains scientifiques contemporains les plus perspicaces et les plus populaires. Il a produit plus de 200 articles scientifiques et plus d’une douzaine de livres, dont Louis Pasteur: Free Lance of Science (1950), La Peste Blanche: La Tuberculose, L’Homme et la Société (1952), Le Mirage de la Santé (1959), Les Rêves de la Raison (1961), Le Monde Invisible (1962), La Torche de la Vie (1962), Un Animal Si Humain (1968), L’Homme, la Médecine et l’Environnement (1968), La Raison Éveillée (1970), et Bête ou Ange?: Des Choix Qui Nous Rendent Humains (1974).

Dans son double rôle de scientifique et d’auteur, Dubos a accumulé de nombreux honneurs, y compris des diplômes honorifiques d’universités européennes et américaines, des récompenses d’organisations scientifiques et médicales, l’adhésion à l’Académie nationale des Sciences, le Prix Arches des Sciences pour la vulgarisation de la science et le Prix Pulitzer de lettres (1969). En 1970, il devient directeur des études environnementales à l’Université d’État de New York à Purchase, et la même année, le président Richard Nixon le nomme au Comité consultatif des Citoyens sur la qualité de l’environnement. Il est décédé en 1982.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.